Rappel gratuit

Nous situer

Nous contacter

15 Rue Albert Joly - 78360, MONTESSON

09 70 35 58 60

Accueil | JUDITH VON HALLE

Et s’Il n’était pas ressuscité… - Les stations du Christ sur le chemin conduisant à l’homme spirituel - JUDITH VON HALLE

« Retour

Et s’Il n’était pas ressuscité… - Les stations du Christ sur le chemin conduisant à l’homme spirituelRef. EAN 9782910112752

17, 00€

Nos garanties

  • Satisfait ou remboursé
  • Protection de vos informations personnelles
  • Débit CB à l'expédition

Partager
Partager par mail
 

Descriptif

Cet ouvrage regroupe 7 conférences prononcées par Judith von Halle entre octobre 2004 et mai 2005, complétées par des contributions de Peter Tradowsky, sur le thème fondamental de la rédemption du corps humain. Lors de la Chute, Adam, l’homme des origines, succomba à la tentation de Lucifer et son corps perdit sa pureté originelle. L’homme s’est peu à peu enfermé dans la matière et a donné prise aux adversaires de l’homme, qui veulent empêcher le salut de l’humanité et de l’univers. Pour déjouer ces plans, Dieu le Fils s’est incarné dans un corps humain, a connu la mort et est allé combattre dans les profondeurs de la Terre les adversaires de l’homme, en particulier l’Anti-Christ, afin de rendre à l'humanité ses forces perdues et de régénérer le corps humain. C’est dans ce corps de résurrection qu’il apparaît à Marie Madeleine le matin de Pâques. Judith von Halle met ce corps de résurrection en relation avec sa propre stigmatisation, survenue le Vendredi saint de Pâques 2004, manifestation de l’action des forces spirituelles dans le visible. Dans sa dernière conférence, sur la Pentecôte, elle décrit comment les disciples se dégagent de la loi ancienne (des liens du sang) et aspirent ardemment « au renouveau du corps astral et du moi ». Une nuée leur apparaît : « Ce fut comme une porte qui s’ouvrait sur une réalité jusque-là cachée et invisible derrière un mur cosmique, un voile du monde sensible, et maintenant visible à travers cette porte. À travers cette porte, l’esprit du ciel entra dans les hommes terrestres. » Cette expérience marqua le début d’une initiation nouvelle et d’une perception nouvelle de l’autre : « Ils avaient pour la première fois la connaissance que le Saint-Esprit est aussi dans l’autre ! […] Ainsi vit le jour une nouvelle communauté, ce que Rudolf Steiner appelle la “Fraternité” […] Ce que l’homme peut ressentir à la Pentecôte est donc double : l’individualisation et, grâce à elle, la communion volontaire avec toutes les âmes humaines. » C’est à cette expérience que veut appeler l’anthroposophie.

Haut de page

Caractéristiques

Traduit par Vincent Choisnel - 208 pages

Haut de page

09 70 35 58 60

à votre écoute

Expédition

Rapide

paiement

sécurisé

A propos de

Novalis